Numériser des cartes d’occupation du sol anciennes

Le projet Gessica a soutenu un travail réalisé par des étudiants de Master 1 Géomatique, dans le cadre d’un projet tuteuré encadré par Jean-Pierre Chéry d’AgroParisTech, afin de produire une occupation du sol sur différentes années mais sous forme vectorielle, basée sur d’anciennes cartes papier. L’objectif à terme étant d’intégrer, comme données d’entrée à un modèle, ces occupations du sol anciennes afin de lier l’occupation du sol, les pratiques agricoles, les conditions socio-économiques de la population et le recensement de cancers sur le territoire de la Guadeloupe.

Nous vous proposons de découvrir le rapport produit par les étudiants Axel Henaff et Florian Barbarin que vous pouvez télécharger ci-dessous. Ils ont également produit une carte narrative pour mettre en contexte leurs travaux.

Cartographie narrative d’accompagnement

Le Système d’informations (SI) du projet de recherche RIVAGE structure et rationalise les informations diverses nécessaires aux diagnostics, expertises et études de terrain, avec en particulier des données géographiques valorisables. Différents modes de représentations y sont associés (visualisation de couches géographiques, blog, articles scientifiques). Ce SI a l’avantage de produire une patrimonialisation des produits du projet et de permettre de les pérenniser. Cependant ce dispositif présente deux aspects limitant :

Continuer la lecture Cartographie narrative d’accompagnement

La valorisation de la production agricole locale et sa contribution à l’alimentation

Comment valoriser localement la production agricole ? Quelle contribution des produits locaux à l’alimentation ? Ces questions ont été débattues lors de l’école-acteurs du 15 novembre 2019 qui a réuni 27 personnes. Les précédentes sessions des écoles acteurs ont orienté les débats sur divers problèmes actuels en s’interrogeant sur le fait que l’agriculture ne répond que partiellement aux besoins des populations.

Les initiatives sont diverses et éparses, elles ne sont pas coordonnées à l’échelle du territoire, et doivent faire face à la concurrence régionale et internationale. Le manque d’accompagnement, en dehors des filières les mieux organisées, est un frein non négligeable au développement de ces initiatives.

L’alimentation et l’agriculture sont des sujets fondamentaux sur le territoire guadeloupéen et le système alimentaire devient un enjeu important des politiques publiques locales et nationales. Ce système alimentaire nécessite une gouvernance multisectorielle et multi-acteurs, avec un fort enjeu de cohérence des actions et des financements.

Continuer la lecture La valorisation de la production agricole locale et sa contribution à l’alimentation

Quelles perspectives pour l’agriculture guadeloupéenne ?

Cette question à été débattue lors de l’école-acteurs du 18 septembre 2019.

La session a réuni 43 présents. Elle a été consacrée au thème « Quelles perspectives pour l’agriculture guadeloupéenne ?». Le choix du thème s’inscrit dans la volonté d’ouvrir les réflexions de l’école-acteurs vers des thèmes liés aux évolutions des systèmes de production, évolutions portées par de profondes évolutions de l‘agriculture et de son environnement.

L’école-acteurs a été organisée en quatre temps :

  • Trois présentations dressant un panorama de l’agriculture guadeloupéenne et rappelant les grands enjeux de l’agriculture guadeloupéenne, en insistant sur un état de lieux des deux principales filières que sont la canne et la banane ;
  • Des posters commentés sur différentes expériences actuelles en Guadeloupe ;
  • Des groupes de travail / Brainstorming pour traiter différentes questions associées (actions à privilégier, actions existantes à soutenir, et rôle du projet « Rivage ») ;
  • Une synthèse.

À l’issue de la session, les débats et l’évaluation ont permis de relever les points suivants :

Continuer la lecture Quelles perspectives pour l’agriculture guadeloupéenne ?

La « guerre de la banane »

Depuis des années, nous assistons à ce qui s’apparente à une « guerre de la banane » entre l’Union Européenne et l’Amérique centrale soutenue par les Etats Unis.

Avant la mise en place du marché unique européen, l’approvisionnement en bananes faisait l’objet d’une gestion nationale ce qui permettait à des pays comme la France de privilégier certaines zones de productions telles que les Antilles. Les autres pays, sans attaches particulières, s’approvisionnaient en bananes « dollars » importées sans frais de douane par sociétés américaines.

C’est en 1993, avec la création de l’organisation Commune du Marché Bananier (OCMB) puis en 1994 avec la création de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), que débutent les tensions entre les Etats Unis et l’Union Européenne.

Continuer la lecture La « guerre de la banane »

Chlordécone : la limite maximale de résidus revue à la baisse

Le chlordécone, insecticide organochloré utilisé dans la lutte contre le charançon du bananier jusqu’en 1993, continue de polluer les sols de la Guadeloupe et de la Martinique.

Cette pollution, principalement présente sur le croissant bananier (pour le cas de la Guadeloupe) représente un risque pour le consommateur lorsque les produits sont issus de cette zone. Heureusement, si le chlordécone contamine les racines des plantes, sa concentration diminue à mesure que la sève de la plante progresse vers les organes aériens.

Pour prendre l’exemple du bananier, les racines et la base de la plante sont contaminées, mais dans les fruits, le chlordécone n’est plus quantifiable. Leur consommation ne représenterait donc aucun danger. En revanche, il faut éviter de nourrir ses animaux avec le faux tronc du bananier, au risque de contaminer la viande.

Continuer la lecture Chlordécone : la limite maximale de résidus revue à la baisse

L’agriculture guadeloupéenne et les attentes de la population

Cette question à été débattue lors de l’école-acteurs du  15 février 2019.

La session a réuni 34 présents. La session a été consacrée au thème « l’agriculture guadeloupéenne et les attentes de la population». Le choix du thème s’inscrit dans une volonté d’ouvrir les réflexions de l’école-acteurs vers des thèmes liés aux évolutions des systèmes de production, évolutions portées par des normes mais aussi par le marché et les attentes de la population et des consommateurs. Les objectifs de la session étaient les suivants :

  • Identifier les attentes des populations guadeloupéennes ;
  • Voir comment l’agriculture répond à ces attentes ;
  • Imaginer des leviers pour que l’agriculture guadeloupéenne réponde mieux à ces attentes et en profite pour se développer.

L’école-acteurs a été organisée en trois temps : une présentation introduisant des attentes au niveau national ; un débat sur les attentes de la population guadeloupéenne ; des groupes de travail autour des réponses actuelles et à venir de l’agriculture guadeloupéenne.

Continuer la lecture L’agriculture guadeloupéenne et les attentes de la population

Comment se passer du glyphosate ?

Cette question à été débattue lors de l’école-acteurs du 24 novembre 2017.

La session de cette école-acteurs a réuni 37 participants (cf. Annexe 1 pour une présentation des écoles-acteurs). La session a été consacrée au thème « comment se passer du glyphosate ». Ce thème a permis de réfléchir à la Co-conception. Le choix du thème a été inspiré par les débats à la commission européenne sur les délais d’interdiction de l’utilisation du glyphosate. Quel que soit le délai (3 ou 5 ans), le glyphosate sera interdit. Il semblait intéressant d’initier une réflexion dès à présent, en prenant l’interdiction comme un fait pour préparer un programme de travail.

Les objectifs de la session étaient les suivants :

  • Illustrer la démarche de Co-conception à partir d’un exemple d’actualité.
  • Organiser un brainstorming dont les résultats pourraient être repris dans la suite des actions, en particulier dans la deuxième phase de RIVAGE.
Continuer la lecture Comment se passer du glyphosate ?

Pesticides: sensibiliser sans culpabiliser ?

Cette question à été débattue lors de l’école-acteurs du 15 juin 2017.

La sensibilisation ou la conscientisation est nécessaire à l’action. Mais la prise de conscience d’une situation, d’un problème ne suffit pas à déclencher l’action. Les raisons les plus couramment avancées sont liées à des déficits de connaissances (« je ne sais pas faire »)  ou de moyens (« je n’ai pas les moyens de faire »). Mais d’autres facteurs empêchant l’action ont été aussi identifiés. La réalité peut être trop incertaine, trop complexe, trop déstabilisante pour permettre l’action.

Continuer la lecture Pesticides: sensibiliser sans culpabiliser ?

Innovations et dispositifs d’innovations

Cette thématique à été débattue lors de l’école-acteurs du 9 mars 2017.

Dans le modèle DPSIR ce sont des réponses. Les objectifs étaient les suivants :

  • réfléchir à ce qui fait innovation et sur les fonctions que doit jouer un dispositif de diffusion de l’innovation ;
  • identifier les caractéristiques, et ainsi, établir un cahier des charges pour des dispositifs performants de diffusion de l’innovation ;
  • déterminer la place des différents acteurs dans ces dispositifs

Une grille d’analyse simple basée sur quatre critères a été utilisée pour caractériser le processus d’innovation et le passage de l’invention à l’innovation.

Continuer la lecture Innovations et dispositifs d’innovations